Mes moments très « sketchy » du Festif!

10 mai 2016


D’entrée de jeu, j’aimerais rectifier quelque chose. Parfois, parce que Le Festif! a beaucoup évolué au cours des dernières années, nos chums pensent qu’on travaille toujours super bien ou qu’on a presque tous les talents. C’est faux ! Les lignes qui suivent en sont la preuve. Il nous est arrivé plus d’une fois de nous ramasser dans des situations où nous aurions aimé nous cacher, des malaises, des moments que nous préférons laisser derrière nous. C’est en fait ce que je qualifierais de ‘’ fails ‘’ du Festif!, ces moments moins glorieux mais qui sont parfois tout aussi mémorables que les grands coups… Je vous en donne quelques uns à la volée comme ça et ce n’est qu’une infime partie de ma liste personnelle. Pour en savoir plus, venez me parler !

REMBOURAGE DE COSTUME

Il faut vous remettre en contexte. On est en plein mois de novembre, rush de promo pour le Marché de Noël, un autre évènement populaire que le Festif! coordonne. Let’s go, on fait un shooting photo, avec qui ? Avec euhhhhh… Marc Veillette, mon coloc et aussi membre du CA du Festif! Il ferait un excellent Père-Noël et en plus, il fit dans le costume, go. L’erreur ici : Un manque flagrant de talent comme maquilleur. Comme vous pouvez le voir sur la photo plus haut, nous avions un peu abusé sur le rembourrage de sa bedaine et tout était descendu un peu plus bas… Bref! Les gens nous en ont quand même parlé sur Facebook et un peu partout à Baie-St-Paul. L’important c’est d’apprendre de ses erreurs, donc la prochaine fois, checkez-nous bien aller.

PERTE DU DOIGT DE CLAUDE

Encore une référence à ce fameux Marché de Noël. Cette fois par contre, ça tirait plus au drame qu’autre chose, mais mieux vaut en rire. L’histoire en question commence comme suit : On est en train de déplacer des cabanes en bois avec des lifts. C’est super lourd et instables ces affaires-là, donc à chaque fois qu’on en dépose une sur la rue, il faut mettre des blocs de bois en dessous des pattes et s’assurer que ça tient. Responsable de cette super job : Claude Theriault, le père de Clément notre DG. Vaillant comme pas un, il est accroupi et attend que la manoeuvre soit complétée mais voilà que… PATLOFFFFF! La cabane est échappée directement sur sa main. C’est officiellement la dernière fois que nous avons vu son index! Certain disent qu’il est encore là… nous avons préféré ne pas regarder. De la dévotion en voulez-vous, en vlà ! Merci Claude, t’es smath, on t’aime xxx.

LE FANTÔME DU GARS SUR LA DÉRAPE

On est en pleine 6ième édition du Festif! Il est tard, les shows roulent à fond, et là, on commence à entendre des rumeurs comme quoi un gars aurait sauté par dessus une clôture, se serait ouvert les jambes et qu’il saignerait abondamment. Apparemment, cette personne courrait un peu partout dans le village et laisserait des traces de sang au sol de l’Église. Des gars de sécurité sont sur le dossier, nous aussi d’ailleurs. À un moment donné on l’aperçoit, on se met à suivre les traces de sang et …. plus rien. Qui est cette personne et va-t-elle bien aujourd’hui? Nous aimerions sérieusement le savoir ! Manifestez-vous ! En espérant que tu sois allé à l’urgence buddy…

DEAR CRIMINALS, DEAR CRIMINALS, DEAR CRIMINALS (X 12 000)

L’an dernier, on s’est encore trompé dans l’un de nos principaux documents imprimés : Notre dépliant promotionnel! Dieu sait que c’est chiant de devoir corriger ou réimprimer un document important et surtout lorsque le tirage fait quelques milliers de copies… C’était déjà arrivé dans la passé alors on se pensait bien fins en faisant un petit comité de correction à l’interne, mais encore une fois, nous avons réussi à faire une erreur dans l’horaire de nos spectacles, avec la prestation du groupe Dear Criminals. Résultat, nos deux fidèles amies Gabrielle Bouchard et Anne-Marie Dufour ont dû réécrire à la main environ 12 000 fois le nom du band dans l’horaire et ce, à quelques heures du festival. Dear criminals, dear criminals, dear criminals, il y a quoi devenir légume, je vous en passe un papier.

Voici donc un léger aperçu qui vous laisse sans doute sur votre faim de connaitre d’autres histoires farfelues du genre. D’autres articles paraitront au cours des prochaines semaines et couvriront des sujets très disparates. Nous ferons aussi potentiellement appel à certains collaborateurs ! Donc, si vous avez des idées ou que vous aimeriez dire quelque chose, n’hésitez pas à nous en parler.

Charles Miller 

PARTAGER: