La loi du dernier « 60 minutes »

31 octobre 2017


J’aime bien écrire sur les dessous du métier d’organisateur de festival. Vous savez, on reçoit beaucoup de félicitations pour ce type de boulot et les gens ne cessent de me dire à quel point on est courageux de faire un festival comme ça. Ma réponse a toujours été : ‘’Ben, c’est un métier comme un autre.’’ Cette phrase, j’y croyais dur comme fer jusqu’à 2015. C’est à ce moment que j’ai bien compris la ‘’Loi du 60 minutes’’. Cette loi prouve qu’il y a toujours un court temps où tout ce qui ne doit pas arriver arrive. C’est souvent quelques heures ou secondes avant le début d’une journée ou d’un spectacle. C’est inévitable… Cette fameuse ‘’Loi du 60 minutes’’ se manifeste minimalement trois fois par Festif! Voici un survol de trois ‘’60 minutes’’ mémorables.

#1 Jeudi 20 juillet 2017

Tout est prêt…la 8ème édition est lancée en grand avec Richard Séguin à l’Hôtel Le Germain. Les chansons passent et tout est magique, la Place Desjardins débute en parallèle vers 17h. Tout est sous contrôle. Tout va bien jusqu’à ce que l’électricité de la moitié de la ville lâche durant de précieuses minutes, laissant les spectateurs de Séguin dans le noir total. Pas si pire vous direz. Durant ce même ‘’5 minutes’’, à la Place Desjardins, une mini-tornade battait son plein. Mon équipe de bénévoles courait sans queue ni tête pour trouver des sacs de sable afin de solidifier les 11 chapiteaux sur le site et les 800 pieds de clôtures amovibles. L’électricité revient, la tempête cesse et le soleil sort à nouveau. Le reste de la soirée fût un succès.

#2 Vendredi 22 juillet 2015

Notre tête d’affiche internationale en 2015 était Reel Big Fish. Le groupe californien avait un itinéraire n’ayant aucun sens au niveau de la logistique, les amenant de Chicago à Baie-St-Paul et ensuite à Los Angeles. L’horaire est ultra serré, mais tout est correct. Je regarde les horaires de vol à toutes les 60 minutes jusque dans la nuit. Un petit décalage de quelques heures et le groupe n’arrivera pas à temps. Tout est correct. À un certain moment, je décide donc d’arrêter de regarder l’horaire comme un zélé. Je m’endors et me réveille quelques heures plus tard avec le pire sentiment du monde : 7 appels manqués de l’agent du groupe. J’étais exténué et je n’avais rien entendu. J’ai envie de pleurer dans les bras de ma chère maman. Je finis par rejoindre l’agent qui a finalement trouvé un autre vol (soulagement d’une vie). Nos horaires prévus depuis des semaines doivent alors être revus. On change les heures de tests de son, on annule les transports de l’aéroport et on trouve un bus 15 passagers par miracle avec le Club Cycliste de Charlevoix. Le pouvoir de Facebook nous permet de trouver un conducteur avec le permis 15 passagers disponible avec le nouvel horaire et en 30 minutes tout est réglé. Le groupe arrive juste à temps pour un test de son express. Le spectacle débute et le public n’y voit que du feu. Nous, on s’assoit, le stress tombe et on s’empiffre de hot-dogs européens.

#3 Samedi 22 juillet 2017

J’avais tout prévu pour le spectacle de Alaclair Ensemble sur la vieille Dodge Charger . Vraiment tout. Je l’ai faite remorquer de La Malbaie en pleine tempête de neige, j’ai fait changer le moteur, fait couper le toit, je l’ai fait cirer jusqu’à ce qu’elle shine et j’ai même posé des stickers du Festif! Tout était pensé. Pourtant, au Jour J, quelques heures avant le spectacle, les clés de l’auto ont disparu. Plus personne ne les trouve. Les heures filent et le char est immobilisé à l’entrepôt. Pour rajouter à l’angoisse croissante, on apprend que les gars de Alaclair Ensemble, supposés jouer sur l’auto, sont pris dans le trafic à Québec et arriveront très serrés. Il reste 60 minutes avant le spectacle et l’annonce publique est déjà faite. Les gens se mettent à arriver sur place et ignorent tout ce qui se trame derrière. La station de TV de Télé-Québec sort les kodaks et les journalistes des plus grands médias sont prêts. Mathieu Thivierge, notre homme à tout faire, est en train de péter le volant et trafiquer le filage pour partir la Dodge Charger sans clé. Un remorqueur est appelé en backup et on a 15 minutes top chrono. Les gars de Alaclair finissent par arriver mais se trompent d’endroit. On envoie un transporteur express pour amener les artistes sur place. Le public voit l’automobile arriver et n’y voit que du feu. Il reste 2 minutes avant le début du spectacle et les gars ne sont toujours pas arrivés… Ils n’ont jamais vu l’auto et il y a déjà 800 personnes sur place. Il est 15h29 et les gars arrivent. Bing bang, le spectacle commence et la magie opère.

Au final, on finit par l’aimer cette ‘’Loi du 60 minutes’’. Elle nous donne ce sentiment euphorisant d’être en vie plus que jamais ! Si vous voyez que nos bénévoles ou notre équipe ne vous sourit pas, dites-vous qu’ils sont probablement en train de vivre un 60 minutes.

PARTAGER: