Le Festif! s’entretient avec Gran Talen

8 juin 2016


Puisqu’il a couvert de façon particulière les 2 dernières éditions du Festif !, nous avons eu l’idée de nous entretenir avec Gran Talen.  On lui a proposé d’aller à sa rencontre à Québec ou de le recevoir à Baie-St-Paul, mais il a préféré qu’on fasse tout ça via Facebook.  Voici donc une des rares entrevues accordées par cet icône  bizaroïde du web.

  FESTIF :  Gran, seras-tu encore des nôtres en tant que journaliste cet été ?
  GRAN :  Si vous m’assurez que j’aurai l’entière exclusivité, oui.

 FESTIF :  L’entière exclusivité de quoi ?
 GRAN :  Bah !  De quelques trucs de base.  Rien d’extravagant. 

 FESTIF :  Genre quoi ?
 GRAN :  Genre que j’aimerais être le seul journaliste sur place.  Tsé, je l’aime ben, Philippe Fehmiu, mais ça fait 2 ans qu’il m’upstage avec ses camisoles, son gazou pis son air chillax.  Là, c’est à mon tour d’avoir le spotlight.  Je suis rendu là dans ma carrière.  Fait que je veux l’exclusivité médiatique, une méga passe-média qui me permettrait d’aller où je veux, quand je veux, comme je veux.  Pas question que je dorme dans le truck d’Adamus, dans les toilettes chimiques ou que je doive me faire passer pour Foglia pour réussir à manger gratos dans un de vos stands de manouches. 

 FESTIF :  On va voir ce qu’on peut faire.  Aimerais-tu rencontrer des artistes qui seront dans notre programmation cette année ?
 GRAN :  Oui !  J’ai l’intention de vous fournir sous peu la liste des artistes avec qui j’aimerais bien m’entretenir dans ma loge ou dans une chambre d’hôtel quelconque.  Je dois d’abord effectuer quelques recherches sur Google Images afin de spotter les plus PDLC, mais je vais certainement profiter de mon statut de journaliste exclusif pour rencontrer des filles.  Ça fait partie de la job, comme on dit.

 FESTIF :  On peut savoir lesquelles ?
 GRAN :  Vite de même, y’a quelques noms qui m’inspirent.  Comme les Hôtesses d’Hilaire, par exemple.  J’les ai pas encore vues, mais moi, des Hôtesses, en partant, j’sais pas pourquoi, mais ça m’excite.  Y’a aussi la fille de Canailles que j’avais rencontré à Tadoussac il y a belle l’urètre que j’aimerais bien revoir.  Et pourquoi pas les Soeurs Boulay ? 

 FESTIF:  Quel spectacle ne veux-tu absolument pas manquer ?
 GRAN :  Je vais tout faire pour ne pas manquer Rammstein, le 17 juillet.

 FESTIF !:  On parle des shows qui auront lieu pendant le Festif !
 GRAN :  Oh !?!  Euh !  Sérieusement, c’est pas trop ma tasse de thé, votre musique.  Votre programmation manque cruellement de Bon Jovi.  Pis y’a trop de musique francophone.  Si vous voulez attirer du monde à votre festival, remplacez 7-8 artistes underground méconnus comme  Dumas, Half Moon Run pis Safia Nolin par des hommages rock.  C’est ça qu’y font à Woodstock en Beauce.  Tsé, y’a rien de plus vendeur qu’un band qui fait des covers d’Ac/Dc, par exemple.  Ou un band hommage à Scorpions.  Astie que ça serait malade !  Mais non…  Vous autres, pendant c’temps-là, vous optez pour des no-name comme Avec Pas d’Casque, Cat Empire pis The Barr Brothers.  Permettez-moi un apartheid, mais ça aurait été drôle si leur nom de famille avait été « Tendres ».  Les Barr Tendre.  Aahahahahahhaha !

 FESTIF !:  Ok…  Vas-tu tout de même assisté à quelques shows ?
 GRAN:  Pourquoi ?  Chu-tu obligé ?

 FESTIF !:  Ben, on ne te fait pas venir ici pour rien. 
 GRAN :  Bon…  Les menaces !  Je vais sûrement aller voir les Hay Obies.  J’ai toujours trouvé ça attirant, des filles avec l’accent acadien.  Paraît qu’elles mélangent le français pis l’anglais en plus. C’est sexy !

 FESTIF !:  Tu te mêles, là.  C’est les Dead Obies qui seront là.  C’est un collectif hip-hop entièrement masculin.
 GRAN :  Ah !  Bon…  Du hip-hop ?  Ish.  J’ai pour mon dire que le hip-hop est mort en même temps que Coolio pis Limp Bizkit.  Fait que…  Quoique j’ai cru remarquer que Violett Pi serait là.  Me semble l’avoir déjà vu en spectacle, lui, pis j’me sentais un peu comme dans un show de Korn à danser freestyle avec mes culottes à snaps.  Ça risque d’être le moment fort de votre festival, ça.

 FESTIF !:  Te pointeras-tu au show de Fred Fortin ?  T’étais là, l’année passée, au show secret qu’il avait donné dans le sous-sol du dépanneur .
 GRAN :  Pas le dude pogné pour jouer 3 instruments en même temps à cause que personne veut jouer avec ?  Crisss !  Fournissez-y un band, c’te pauvre y’âbe.  Canailles, astie, sont genre 12.  Jamais j’croirai qu’y’en n’a pas un d’la gang qui peut pas aller tapocher du drum pour Fred Fortin. 

 FESTIF !:  Toi, quel artiste québécois aurais-tu aimé voir au Festif cette année ?
 GRAN :  Je rêve toujours du jour où vous allez inviter la chanteuse du Pascale Picard Band afin que je puisse enfin percer le mystère entourant sa véritable identité.

 FESTIF !:  Quelle véritable identité ?
  Gran :  Son vrai nom.

 FESTIF !:  Elle s’appelle Pascale Picard.
 GRAN :  Ahahahhah !  Astie que ça serait poche !  Tout le monde me répond ça.  Comme si le chanteur des Vilains Pingouins s’appelait « Vilains Pingouins» !  Visiblement, vous vous y connaissez plus ou moins en musique féministe.  Bon, OK, vous faites venir Koriass cette année, ça donne un peu de crédibilité à votre sensibilité féministe, mais il serait grand temps d’inviter une tête d’affiche féminine digne de ce nom.  Qu’attendez-vous pour engager Whitney Houston, par exemple ?

 FESTIF !:  Elle est morte, Gran .  On a tout de même Basia Bulat.
 GRAN :  QUOI ?  Hein ?  Elle est morte ? Impossible.  Aie, elle avait un super garde du corps avant.  Tsé, le gars qui dansait avec les loups.  Est morte ?  Cibole !  Je perds tous mes repères, là.  L’autre jour, j’apprends que Samantha Fox est lesbienne,  là, vous m’annoncez froidement que Whitney est morte…  C’est quoi la prochaine nouvelle ?  Vous allez me dire que Cher est liftée ?  C’est toute ma masturbation d’adolescence que vous balayez du revers de la main comme ça. 

 FESTIF !:  Aimes-tu ça, venir à Baie-St-Paul , Gran?
 GRAN :  Ça m’a pris un peu de temps avant de m’acclimater à votre village, mais depuis que j’ai trouvé le spot où il y a un Subway juste à côté d’une SAQ, ça me va.  Je trouve par contre ça très manouche, comme place.  Parfois, j’me sens comme dans une fête foraine ou dans un show de Tryo.  Y’a trop de gens en sandales.  Astie que c’est laid, quelqu’un en sandales !  Sérieux…  Ça me turn off totalement !  Être dans votre CA, j’imposerais un règlement municipal qui empêcherait le monde de porter des sandales pendant le Festif !  Pis votre centre-ville, me semble qu’il lui manque un petit quelque chose.  Ça m’a pris du temps avant comprendre ce qui clochait, mais l’année passée, j’ai allumé :  y’a pas de fils d’électricité qui traînent dans vos rues.  C’est quoi ?  Tout  marche à l’énergie solaire chez vous ?

 FESTIF !:  On a enterré les fils, Gran.
 GRAN :  Enterré ?  C’est chien, ça !  Ils s’asseyent où, les oiseaux, à Baie-St-Paul ?  Vous êtes ben bons pour offrir des produits bio pis pour remplir les rues de saltimbanques, mais vous allez dire quoi à tous ces artistes qui tripent ben raide sur les oiseaux, hein ?

 FESTIF !:  Quels artistes ?  De quoi tu parles ?
 GRAN :  Me semble que tous les artistes de votre programmation ont une chanson qui parle d’oiseaux.  Avec pas d’Casque marmonne que les oiseaux faussent aussi, Yan Perreau répète à qui veut bien l’entendre qu’il aime les oiseaux, Fred Fortin a une toune qui s’applle carrément Oiseau, un de vos gros noms s’appelle Plume, dans la toune La Ville, les Goules chantent les oiseaux pétillent ensemble.  Vous allez avoir l’air cave avec votre centre-ville anti-oiseaux, non ?

 FESTIF !:  Dernière question :  seras-tu capable de couvrir le Festif ! au complet cette année ou tu vas encore te faire renvoyer ou simplement te ramasser trop saoul pour couvrir tout le festival ?
 GRAN :  J’étais pas trop saoul, l’année passée, j’étais juste tombé dans le mush d’Adamus en flânant dans sa vanne.  J’m’en souviens, à cause de lui, j’ai répété « pa-pa-pa-pa-pa-pa » pendant 30 minutes dans le creux de l’oreille d’Alex Nevsky

Crédit montage photo : Édith Tremblay

PARTAGER: